Encore un jour de beau temps, je continue donc de profiter de mon vélo. Aujourd'hui, objectif : aller på yttersida (c'est à dire sur le côté de l'île tourné vers l'océan), à Sommarøy. Soit environ 60 km (aller). Mais mon vélo (pas mes jambes, mon vélo !) n'était pas prêt pour ça. Il faut dire qu'avec mes 4 vitesses et mes pneus à moitié dégonflés, c'était handicap maximum. Je me suis donc arrêté après 3 heures de route, à Sjøtun, un petit village de pêcheurs et d'agriculteurs au fond d'un fjord, à 20 km de Sommarøy. Il était presque 15 heures, et je ne voulais pas rentrer trop tard (je suis quand même arrivé à 18h30, et à l'ombre il commençait à faire vraiment froid).
J'ai tout de même pu faire une belle balade, avec un petit col à gravir au pied du Skittentind. Beaucoup de familles venues faire la cueillette des myrtilles et des champignons, mais une fois la zone propice à la récolte dépassée, le Norvégien se fit rare. Et je n'ai croisé personne à vélo !
Je poste quelques photos ici, et le reste dans un album :

14_09_08_Sortie_Velo_Sjotun__7_
Au sommet du "col"

14_09_08_Sortie_Velo_Sjotun__12_
Le lac-réservoir d'Ersfjordbotn (j'ai bu l'eau d'un petit ruisseau qui se jette dedans, et je n'ai pas été malade ! L'eau est pure ici.)

14_09_08_Sortie_Velo_Sjotun__22_
Personne !

14_09_08_Sortie_Velo_Sjotun__27_
Lauklines, sur le Kattfjord

14_09_08_Sortie_Velo_Sjotun__37_
Sjøtun

14_09_08_Sortie_Velo_Sjotun__44_

Une carte détaillée du Troms ici : pour trouver les noms dont je parle, cliquez sur la première carte à gauche, Troms Fylke, et repérez les numéros 23, 24 et 12 ; le lac-réservoir est la tache bleue allongée au-dessus du K de Kvaløya, au bord de la route. Comme vous le voyez, de Sjøtun, je n'étais pas encore arrivé à Sommarøy !

Sjotun_carte

Mon parcours

Mais une autre fois (l'année prochaine), avec un meilleur vélo... Je ne m'avoue pas vaincu !

Tiens, au fait, l'ironie de l'histoire, c'est que, alors que je mourais, au retour, dans l'ascension du pont qui me ramenait sur mon île, j'ai croisé un bus presque vide (le 420) qui se rendait justement à Sommarøy.


M_film

Ah et puis oui, alors non, je n'ai pas croisé Peter Lorre en chemin, mais le soir en rentrant, j'ai (re)regardé M le maudit, que j'avais emprunté à la bibliothèque. C'est toujours aussi bien, y'a pas à dire.